carnet de voyage mawlid 2020 à collo

                                                                      Algérienne fière des traditions de mes ancêtres                                                                                                                                                          On a fêté le mouloud dans une ville paradisiaque appelée Collo
                                                                                                                                                جزائرية و فخورة بتقافة و تقاليد بلادي
                                                                                                                     احتفلنا بمولد سيد الانام في جو عائلي في مدينة ساجرة اسمها القل

Traditionnellement, la célébration du Mawlid Ennaboui hors de chez – soi se fait dans le sud. Cette année, dès le 04 octobre, l’agence de voyages « Jamel Tourisme Collo » a lancé, en partenariat avec l’hôtel Bougaroun,  un package pour célébrer l’événement dans une ville du nord, Collo en l’occurrence.                  Personnellement, au départ je n’ai pas cru à une telle possibilité. Puis, les jours passaient, d’autres offres proposées par d’autres agences de voyages et même hôtels commençaient à envahir la toile.  Plusieurs éléments m’ont encouragé à choisir l’offre de « Jamel Tourisme ».                                                                                  Il y’a le fait qu’elle soit la première à être proposée, donc une offre réfléchie et préparée et non un copier - coller. L’évènement se déroulait du 29 au 31 octobre 2020 soit au lendemain du 28, jour de célébration de la fête en famille chez moi, et la veille du rendez-vous électoral du 1er novembre où je préfère ne pas être loin de chez moi. Enfin, le bon rapport qualité /prix.                                                                                                                                                                                           Jamel Tourisme Collo proposait deux formules. Un forfait de 3 jours 2 nuits en tout compris au départ d’Alger. Et un forfait de 2 jours 1 nuit en tout compris au départ de Constantine – Skikda. Récit d’une algérienne qui a célébré le mouloud à l’ancienne et à Collo

D’Alger et Constantine jusqu’à Collo pour fêter le Mouloud
من الجزائر العاصمة و قسنطينة الي القل مع جمال سياحة 

Jeudi 29 octobre. Alger. 6h 30 du matin, place du 1er mai. El mahroussa somnole encore après une nuit de fête. Toutefois, face à l’immeuble de la centrale syndicale, au moins 10 bus des agences de voyages sont là à attendre l’arrivée des touristes inscrits pour les excursions et les voyages organisés.  Ici, le mouloud est célébré le mercredi 28 octobre.                                                                                    A mon arrivée sur les lieux, le bus aux couleurs de Jamel Tourisme Collo, JTC, est déjà là.                                 7h 00 du matin, avec une demi-heure de retard, le Foton, conduit par le sympathique et réservé Karim, prend le route en direction de Collo, via Bouadouaou et Constantine.                                                                             Les clients de Constantine, inscrits pour le forfait de 2 j 1 n, seront avertis par notre guide et par sms, à 8h 30 du matin, que le ramassage est décalé à 13h 30 au lieu de 12 h 30.                                                                                   Midi le bus atteint Constantine, Bab el Kantra. Nous prenons notre déjeuner, non inclut dans le forfait, le temps que les touristes de Constantine prennent leurs places dans le bus.                                                                       Une fois que tout le monde est à bord, nous reprenons la route en direction de Collo.  Ce sont 24 personnes qui prendront place dans un bus doté de 37 sièges.     16 h 00 nous arrivons à Collo. Une fois à l’hôtel Bougaroun, partenaire de l’agence Jamel Tourisme dans cette activité inédite, et avant de prendre nos chambres, nous sommes conviés à une zwada, gouter à l’ancienne au niveau de la caféterie de l’hôtel.           Le Sni (plateau en argent) était garnis de Zlabia de Collo, la fameuse zlabia de dar ben braham, de Mguergchet, de tamina blanche, de café et de lait. Toutes nos chambres avaient une vue sur la mer.         Ici, la plage est à 8 m de l’hôtel et, la nuit venant, nous sommes bercés par le chuchotement des vagues avant de capituler dans les bras de Morphée.                               La bâtisse, esquisse de l’architecte Pouillon, date des années 1980 mais l’hygiène est parfaite dans des chambres dotées de TV, mini bar, douches et toilettes avec de l'eau, y compris chaude, H24.

Sublime Hadra Issawa
رائعة حضرة العيساوة 

Après un temps libre, à 19h 30, nous rejoignons nos tables à la salle du restaurant décorée pour la circonstance. Comme pour les chambres, ici aussi, les tables sont affectées d’avance à leurs occupants. Des pancartes portant nos noms sont dressées sur les tables qui nous sont réservées. A peine installés, le service à table est lancé par le maitre d’hôtel. Chorba fric, Salade algérienne, Gritillia faite maison a au poulet, pommes, dattes, eau et soda.  21 h 00 , juste après le débarrassage des tables la troupe des Issawa fait son entrée en salle. La soirée Issawa célébrant le mawlid ennabaui vient de commencer et c’est la première fois que j’assiste à une tel rituel de ma vie.                                                                     23 h 00 nous sommes invités par les organisateurs, pour ceux le désirent, à participer à une imitation de Khardjet radjel lebled. Une petite sortie dans le jardin de l’hotel, au milieu des Issawas, étendards de la zaouia et torches allumées haut la main. Il faisait beau ce soir et le bruit des vagues proches donnaient la réplique aux louanges des participants. Toute la salle prendra part à cette sortie éclairée par les lueurs des flambeaux.                                                                                     Une fois de retour à la salle du restaurant, c’est la séance du Hénné. Il est minuit quand Lella Ouanassa présidera le rituel du hénné aux chants de Zad Ennabi et Salou Alla mohamadine.                                                   On nous servira un met de circonstances, la « Korssa » ( Ghraief ou baghrir).                                                                   Pour les connaisseurs, le met était peu sucré que d’habitude.  Minuit passés 30 mn, nous regagnons nos chambres après une soirée que nous ne sommes pas prêt à oublier de sitôt.                                                                                                                                                    

Cascades d’Afensou … Chellal des yeux !
شلال افنسو بجبال القل ...يسحر الانظار 

Le deuxième jour de notre voyage organisé a été consacré à une sortie dans la paradisiaque forêt de la Kabylie de Collo. Au petit déjeuner, comme la veille lors de la Zwada et lors du dîner, les mets traditionnels étaient au menu. Notre café au lait sera accompagné, en plus des croissants, de pain cuits sur le bois, de mlawi et de Bessissa. Le tout fait maison. Manquait la brioche de Belkhene à l’instar de la fougasse lors du dîner.               Selon le programme, le départ pour la forêt était prévu pour 9h 30. Un léger retard est enregistré.        Ce n’est qu’à 9h 45 que les portes du bus sont ouvertes pour permettre au personnel de l’agence de voyages « Jamel Tourisme » de procéder à la désinfection de l’engin dans le cadre du protocole sanitaire.                                                                                         10 h 00, c’est le départ vers les forêts du pays des wichawas par le tracée de Cheraia, Zitouna et col du Tarrass. Notre guide nous donnera quelques explications sur les lieux traversés avec beaucoup d’anecdotes au point où il nous sera difficile de situer le vrai du faux récit. A partir de Zitouna, la chaussée, bordée de chêne-liège et d’eucalyptus est humide, voire glissante. Notre bus de 37 places rencontre des difficultés pour négocier les dénivelés.                             La visite de la forêt de Tizaghbane s’avère compromise à cause de l’Etat glissant de la route à fort dénivelée, menant de Tarass au site.                                                       Le plan B est actionné par l’agence de voyages : direction le site de Afensou distant de 14 km de Tizaghbane. A la place de l’oued, ce sera une autre curiosité à découvrir…. On verra….                            Après une petite halte à une source d’eau pour faire le plein de nos petites bouteilles, direction Djouaba.  Sur les lieux, deux bus ramenant des excursionnistes de la ville proche de Skikda sont déjà là. Apparemment, nous ne sommes pas les seuls à avoir peur de la très glissante route de Tizaghbane une fois mouillée.   Après une marche à pied de 45 mn pour les habitués et un peu plus pour les non-initiés, au milieu d’une forêt sauvage, nous sommes à 50 m de la cascade d’ Afensou. Il est déjà 12h 30 et avant de descendre vers les chutes d’eau, , une collation légère nous ai proposée. Le repas froid en pleine forêt est composé, en plus du pain, d’une salade de riz, d’un morceau de fromage et d’un morceau de viande blanche.          Après cette collation, nous partîmes à la découverte de la cascade de Afensou. Après un sentier fort dénivelé, qui nous a pris juste 10 mn, nous sommes face à une beauté exceptionnelle. Des chutes d’eau perdues dans la flore comme on en voit dans les documentaires TV s’offre à nous.                                     Une cinquantaine de femmes et d’hommes de tous les âges sont déjà là, certains prenaient des photos, d’autre grillaient des sardines ou juste mangeaient leurs casse- croute ramenés avec eux.                                Il est déjà 13h30 quand nous remontons les chutes pour rejoindre ceux qui sont restés la haut.             Après 1h 30 de marche, nous regagnons notre bus pour continuer l’aventure.                                                      A bord du Foton on nous servira une salade de grenades faites maison.  Sur ce chemin du retour, nous découvrons les sites de Beni said et du Dambo : Magnifique !                                                                                   Collo étant une presqu’île, nous roulons en plein dans la méditerranée.  16h 00 nous sommes devant l’hôtel Bougaroun, le temps que le groupe des touristes venus d’Alger regagne ses chambres et bénéficier d’un temps libre.                                                                                  Le groupe venu de Constantine, et après une petite toilette à l’hôtel, rejoindra le bus pour le chemin du retour.                                                                                             Après 01 h de route, la pause est beaucoup plus longue car certains d’entre les touristes avaient déjà faim et il fallait colmater le creux par une autre collation de brochettes de viande à Ain Bouziane.       Le déjeuner froid de Afensou a été jugé très léger par une partie des touristes. Entre temps, pour nous le groupe des touristes venus d’Alger, à 18h 30 nous faisons en compagnie de Anis une petite balade en ville qui mènera au port de la ville.                                     Ils arriveront à Constantine à la tombée de la nuit. il était 19h 30 , il fait déjà noir. Un premier arrêt est observé à hauteur de la gare ferroviaire de Bab El Knatra. Un second au niveau du lieu- dit  4 chemins pour les personnes se rendant à la nouvelles ville et, enfin, un dernier arrêt est observé à la cité 1600 pour les dernières personnes habitant le Khroub et ses environs.                                                                                         A cette heure-ci, nous, à Collo, nous sommes venons de quitter nos tables au resto de l’hôtel Bougaroun après un dîner à base de poissons. Du régal!                   21 h 00 le bus, vide des touristes prend le chemin du retour vers Collo. c’est la fin de la formule 2j 1 nuit au départ de Constantine commercialisé à 6000 Da le tout compris par personne.                                                       A 23 h , alors que nous étions attablés autour du thé sur la terrasse d’un café situé dans la baie des jeunes filles, pas loin de  Bougaroun, le bus aux couleurs regagnera le parking de l’hôtel. 

Constantine … beauté perchée haut sur son trône
قسنطينة ...ملكة جمال بلادي علي عرشها شامخة

Samedi 3ème jour du voyage organisé. A 6 h 00, le petit déjeuner était déjà prêt. Le départ sur Constantine prévu à 6h 30 se fera avec un retard d’une demi-heure.                                 Après une heure de temps, une pause – café est observée à Ain Bouziane. Une heure après, nous arrivons à Constantine, Mosquée Emir Abdelkader. Après une visite sommaire de l’extérieur (site fermée aux visites pour cause de covid -19), le bus repart pour la place de Bab El Kantra.                                                        A pied, nous visiterons le pont de Sidi Rached, le pont de Bab el Kantra, une partie de la vieille ville en passant par le charaa, le vieux quartier de la communauté juive et la passerelle Mellah (Perrégaux). Retour au bus pour aller visiter le monument aux morts dédié à la mémoire aux poilus morts lors de la 1ère guerre mondiale.                                                               Après ce voyage dans le temps, le bus nous fera traverser la ville, allant d’un rocher à un autre, avant de nous arrêter pour un déjeuner léger à base de brochettes de viandes, inclut dans le forfait.              13h 30 le groupe prend le chemin du retour vers Alger avec une halte à BBA. Nous arrivons à la place du 1er mai avec 1 h de retard et c’est la fin d’un programme riche en découvertes avec comme hiatus la soirée festive du mouloud. Une soirée organisée dans le nord du pays avec jeux et imitations comme on en voit ailleurs. Ici aussi on peut faire des miracles.               Algérie plurielle, Algérie multiple, Algérie destination de tourisme culturel par excellence